Fermer

 

 

 


Savoir gérer son argent

Dernière modification 30 septembre 2009

De nos jours, il est de plus en plus compliqué de gérer son argent. Non seulement le choix des dépenses possibles est-il plus vaste que par le passé, mais les modes de paiement sont également plus nombreux : comptant, chèque, carte de crédit, carte de débit, prélèvement automatique ou paiement par Internet.

Chacun utilise son argent à sa manière, suivant ses valeurs et ses priorités. Quel que soit votre profil, vos choix financiers d’aujourd’hui ne sont pas sans conséquence. Pour vous préparer un avenir sûr, il vous faut prendre en main vos finances dès maintenant, de manière à savoir d’où vient votre argent et où il va.

Qu’est-ce qu’un budget?

Un budget dresse un tableau d’ensemble; il vous montre d’où vient votre argent, quand vous le touchez et comment vous le dépensez. Il doit d’abord et avant tout être souple et s’adapter à votre situation.

Pourquoi établir un budget?

Avec un budget, il est plus facile d’atteindre des objectifs à court terme — payer les factures mensuelles, suivre un cours ou régler le solde d’une carte de crédit — et à long terme — achat d’une maison ou d’une voiture, études, mariage ou vacances. Quand on prend en main ses finances, on envisage l’avenir avec plus de confiance.

Qui doit préparer un budget?

Tout le monde. Un budget représente un « instantané » de votre situation financière actuelle et future. Il vaut mieux ne confier cette tâche à personne et vous en charger vous-même. Incitez vos enfants à se créer un budget : ils comprendront mieux l’importance d’épargner pour atteindre leurs objectifs, qu’il s’agisse d’acheter une nouvelle bande dessinée, un vélo de montagne ou une paire de patins. Ils saisiront ainsi la valeur de l’argent.

Suivi du revenu et des dépenses

Où va votre argent?

Quelles sont vos dépenses? Pour savoir si elles sont judicieuses, vous devez d’abord les connaître avec exactitude. À l’aide des notions suivantes, calculez vos dépenses fixes et variables. Tenez compte de ce qui suit.

  • Dépenses fixes : Factures à régler périodiquement, d’un montant à peu près égal chaque mois ou chaque année (loyer ou versements hypothécaires, assurances, frais de scolarité, paiements pour la voiture, les meubles et les appareils ménagers, prêts personnels et cartes de crédit, impôt des travailleurs autonomes, programme d’épargne, etc.).
  • Dépenses variables : Sommes qui varient et sur lesquelles vous avez un pouvoir de décision (nourriture, vêtements, services publics, transport, interurbains, droits d’adhésion à un club, vacances, accessoires pour la maison, cadeaux, dons, soins personnels, loisirs, frais de garde, animaux de compagnie, achats divers, etc.).
  • Vos dossiers : Vos dossiers doivent être à jour et faciles à consulter. Placez-y les chèques annulés, les relevés de carte de crédit, les reçus, les relevés des transactions à un GAB, les relevés de débit, les livrets de banque, etc.

Créer son propre budget

Créez un budget qui vous aidera à vous acquitter de vos obligations financières et à atteindre vos objectifs. Rappelez-vous qu’il sert de guide et doit s’adapter aux circonstances.

  • Notez vos dépenses fixes et variables. Leur total doit être égal ou inférieur à votre revenu.
  • Si vos dépenses sont excessives, voyez celles que vous pouvez diminuer sans compromettre votre qualité de vie.
  • Les dépenses variables peuvent être réduites ou reportées.
  • Prévoyez un fonds d’urgence. Constituez un coussin de trois à six mois pour parer aux imprévus.
  • Une fois connu le total de vos dépenses, soustrayez-le de votre revenu. Le solde peut être affecté à l’épargne ou à vos objectifs.

Les dix principaux pièges à éviter

  1. N’avoir qu’une vague idée de vos dépenses. Vous devez connaître vos habitudes d’achat et en assurer le suivi. Gare aux achats spontanés, souvent source d’ennuis.
  2. Ne pas rembourser en priorité les dettes à intérêts élevés. Regroupez vos dettes.
  3. Ne pas disposer d’un fonds d’urgence. Accumulez l’équivalent de trois à six mois de frais de subsistance afin de pouvoir résister à une crise financière.
  4. Porter ses cartes de crédit à la limite. Évitez de vous endetter lourdement et méfiez-vous des cartes de crédit. Réglez le solde chaque mois pour échapper aux intérêts.
  5. Négliger les assurances. Protégez-vous et votre famille avec des polices adéquates d’assurance vie, maladie, propriété et invalidité. Consultez un spécialiste en la matière pour être bien protégé.
  6. Oublier de mettre à jour son testament. Toute personne devrait avoir un testament, surtout si elle a des personnes à charge. Si votre testament date de plus de trois ans, revoyez-le. La loi ou votre situation personnelle peuvent avoir changé.
  7. Ne pas respecter les principes de placement élémentaires. Évitez de mettre tous vos œufs dans le même panier, vous pourriez en pâtir. Diversifiez votre portefeuille.
  8. Retarder la planification de la retraite. Établissez dès que possible un régime d’épargne-retraite auquel vous cotiserez selon vos moyens.
  9. Reporter la constitution d’une épargne-études pour vos enfants. Créez un régime enregistré d’épargne-études (REEE) : le gouvernement fédéral ajoutera à votre contribution chaque année pour favoriser la croissance du régime.
  10. Ne pas connaître les avantages fiscaux. Profitez pleinement de toutes les déductions et de tous les crédits d’impôt qui vous sont offerts.

Contenu connexe